• Imprimer
  • Signaler une erreur
  • Favoris
  • Obtenir la version pdf de la page

Faites le plein d'idées vacances avec les Offices de Tourisme de France

Bienvenue sur le moteur d'inspiration de vos prochaines vacances.

Vous pourrez vous laissez tenter, en fonction d'un lieu ou d'une thématique, par:
- Des offres de séjour packagés
- Des activités sportives ou de loisirs
- Des destinations
- Des « Paroles d’Office », des conseils éclairés prodigués par les Offices de Tourisme

Bon voyage et bonnes vacances !
Vos filtres
Type de produit
Thématique
Lieu
Trier par:
Ma balade du dimanche dans les Gorges de l'Ain
Ma balade du dimanche dans les Gorges de l'Ain
Déjà toute petite, je passais mes dimanches après-midi au bord de la rivière d’Ain avec ma famille, mes cousins, mes oncles et tantes, mes grands-parents… Une journée de détente, d’amusements mais aussi de découvertes. Je vous propose de partir à la découverte de cette rivière, et de ses gorges. Si vous êtes sportifs, enfourchez votre vélo et suivez-moi ! L’itinéraire n’est pas très difficile et la route est peu fréquentée. Rendez-vous à Poncin, porte naturelle des Gorges de l’Ain : après avoir arpenté les ruelles de cette ancienne cité médiévale et acheté de quoi grignoter pour le pique-nique, longeons cette rivière en empruntant la rive gauche, qui pour moi, est la plus belle. Cette balade, c’est un peu comme un grand livre ouvert qui vous raconte l’histoire d’une rencontre entre l’homme et la rivière, une histoire qui a commencé dès la préhistoire, une histoire sans fin… Après avoir traversé nos hameaux avec leurs maisons typiques vigneronnes, leur four banal, nous arrivons à un premier barrage, le barrage d’Allement. Une fois le barrage passé, vous découvrez un plan d’eau navigable et une étendue de terre appelée île Chambod, nom du hameau qui a disparu lors de la mise en eau du barrage. Un formidable terrain de jeux en période estivale. Quelques kilomètres plus loin, après avoir passé le panneau indiquant Merpuis, je m’arrête et je sors mon appareil photo : un magnifique panorama sur la rivière, les montagnes et l’île s’offre devant mon objectif ! Poursuivons notre route jusqu’au Pont de Serrières-sur-Ain et sa magnifique arche centrale dans laquelle une colonie de chauve-souris a élu domicile ! Autrefois sous pont, il y avait une pierre où était gravé « malheur à qui me voit » : cela signifiait, dès que cette pierre apparaissait, qu’il allait y avoir une grande sécheresse dans la région. Après avoir passé ce pont, la route va devenir un peu plus étroite. La rivière va avoir du mal à se frayer un passage entre les Roches du Jarbonnet et le Mont Balvay. Ouvrez grands vos yeux, vous êtes au cœur des gorges de l’Ain. La nature reprend tous ses droits : falaises calcaires se reflétant dans les eaux vertes de la rivière, cygnes et canards nichant dans les roselières, oiseaux survolant les berges, fleurs et arbustes décorant de part et d’autre les rives…. Ecoutez ce silence du bout du monde, admirez cet écrin de nature préservée et respirez… vous êtes dans la Vallée de l’Ain ! Plus loin, notre regard est hypnotisé par un gigantesque viaduc en pierre sur deux étages : le viaduc de Cize – Bolozon. Mais non, vous ne rêvez pas… c’est bien un TGV qui vient de passer ! Point stratégique durant la 2nde Guerre Mondiale entre les Maquisards et les Allemands, descendez au pied du viaduc : un panneau vous en dira plus sur son histoire. Traversez par la voie routière du premier étage pour basculer rive droite : admirez la perspective des arches et faites comme-moi, ouvrez votre fenêtre et testez l’écho ! Si vous avez le temps, vous pouvez poursuivre sur quelques kilomètre la rive gauche, remonter jusqu’à Thoirette où vous emprunterez un nouveau pont pour revenir par la rive droite à Poncin. Au retour, je m’arrête obligatoirement à Chambod et j’emprunte la petite passerelle pour me dégourdir les jambes sur l’île Chambod. Ile de 20 hectare où la nature a gardé et garde tous ses droits, c’est pour moi un véritable lieu de détente et de ressourcement. Et tout est pensé pour passer un agréable moment : chemin, tables de pique-nique, barbecues en pierre, jeux pour enfant… l’été, la baignade y est même surveillée ! Si vous avez du pain sec, ne l’oubliez pas : vous ferez des heureux ! Et voilà, la balade se termine. Avant de partir sur cette route, je vous conseille de venir me voir à l’Office de Tourisme à Poncin : je vous remettrai le parcours détaillé et vous dévoilerai mon endroit préféré. Mon conseil pour un arrêt pique-nique : au bord de la rivière à Merpuis, ou à l’ombre des grands arbres sur l’île Chambod.
Ma balade du dimanche dans les Gorges de l
Mon dimanche détente à Dourdan, en région parisienne
Mon dimanche détente à Dourdan, en région parisienne
Dourdannaise d’adoption depuis 30 ans, j’aime conseiller les touristes et les promeneurs sur les balades et découverte de la ville. Alors, voici mon dimanche idéal à Dourdan, en Ile de France :    J'arrive en RER ou voiture le matin et je pars pour une randonnée dans la forêt de Dourdan. Nous proposons d'ailleurs deux circuits au choix au départ de l’Office de Tourisme : l’un de 9 KM vers l’Abbaye de l’Ouye et l’autre de 6 KM vers les fontaines bouillantes. Les dépliants sont à disposition à l’office de tourisme de Dourdan et nous sommes bien sûr ouvert le dimanche. Quoi de plus agréable que d'emmener son pique-nique et de déjeuner sous un des gros chêne de la forêt. Vous pouvez également choisir l'option "terrasse d’un restaurant".   Dans l'après-midi, je découvre l'histoire du château de Dourdan accompagnée d’un guide qui va me faire plonger dans le temps au XIIIe Siècle. Un dimanche agréable à la campagne où on peut peut profiter de la forêt et du patrimoine et cela à une heure à peine de Paris.    Parisiens, parisiennes, avec le dézonage du pass Navigo le week-end, vous pouvez profiter facilement d’un dimanche à Dourdan, n'attendez plus ! 
Mon dimanche détente à Dourdan, en région parisienne
Votre conseiller localDOURDAN TOURISME
Mes bons plans pour découvir le cœur de Dijon
Mes bons plans pour découvir le cœur de Dijon
Ouvrez vos yeux et à vos papilles ! Conseillère en séjour à l’Office de Tourisme de Dijon et Dijonnaise d’adoption, je vous propose ici quelques idées de visite pour profiter au maximum des nombreux trésors que propose notre Cité.   Sachez que Dijon, capitale de la Bourgogne, la Cité des Ducs, est une ville à taille humaine où tout se fait à pied. Un conseil : suivez les flèches au sol de notre Parcours de la Chouette. Elles vous mèneront immanquablement vers le Marché de Dijon : ambiance chaleureuse garantie ! Moutardes en vrac, légumes frais, pains d’épices, escargots et mon fromage régional de prédilection : l’Epoisses... C’est l’endroit rêvé pour découvrir nos spécialités locales. C’est aussi l’occasion de partager votre passion pour l’art culinaire avec les Dijonnais, fiers de leur future Cité de la Gastronomie !   Puis, à deux pas de là, l’Eglise Notre-Dame et sur son flanc gauche, la chouette, symbole porte-bonheur de notre ville. Je ne rate jamais l’occasion de toucher de la main gauche (la main du cœur !) celle que tout Dijonnais affectionne particulièrement. Plusieurs versions expliquent son existence. En ce qui me concerne, j’aime particulièrement celle qui précise qu’elle a été sculptée par l’un des architectes de l’Eglise Notre Dame dont le nom était Chouet...   Situé à proximité, je vous conseille de découvrir le Musée des Beaux Arts qui est l’un des rares musées à se situer dans un palais : le Palais des Ducs et des Etats de Bourgogne ! Ce site incontournable abrite également le siège de la Ville de Dijon dont les plus beaux salons valent largement le détour. C’est avec plaisir que je vous recevrai à notre point d’accueil, situé rue des Forges. A ne pas manquer, un petit joyau architectural vous attend : la Chapelle des Elus, souvent méconnue par les Dijonnais eux-mêmes.   Et voilà, une belle visite-découverte qui se termine en beauté ! J’espère que ce premier aperçu vous mettra l’eau à la bouche pour d’autres aventures dijonnaises !
Mes bons plans pour découvir le cœur de Dijon
Votre conseiller localOFFICE DE TOURISME DE DIJON
La vallée de la Thines en Ardèche, mon petit havre de paix
La vallée de la Thines en Ardèche, mon petit havre de paix
Laissez-moi planter le décor… Une vallée sauvage, ou se mêlent châtaigneraies centenaires, hameaux perchés et rivière cristalline… Accéder jusqu’au village de Thines se mérite, la route est étroite et sinueuse mais c’est un spectacle ininterrompu. En contrebas coule la rivière du même nom, La Thines. Ses eaux transparentes abritent de précieuses espèces… en effet il n’est pas rare de voir une truite moucher au coucher du soleil ou madame castor barboter dans le courant au petit matin. Bref vous l’aurez compris c’est un petit paradis sur terre ou les sensations de stress et de temps n’existent plus. Le village, perché sur son promontoire rocheux d’où il domine toute la vallée n’est accessible que par un petit sentier de 500m à travers le maquis. Tout ici est fait pour préserver le calme et la sérénité des lieux. Le dédale des ruelles, les toits de lauze caractéristiques et son église Romane du XIIème siècle en font l’un des villages les plus typiques du secteur. Quel bonheur de s’attabler dans l’une des auberges et profiter de la vue à couper le souffle tout en dégustant le traditionnel kir à la châtaigne. De nombreux sentiers de randonnées passent par le village. Tout est fait pour accueillir les promeneurs, des auberges au gite d’étape il n’y a qu’un petit pas. La maison du Gerboul propose quant à elle de l’information touristique et met en avant les artisans du secteur. Cette Vallée a une âme et son passé historique malheureux n’y est certainement pas pour rien. En 1943 un groupe de résistants, les maquisards comme on les appellent ici, a été exécuté ainsi que 3 agriculteurs innocents suite à une dénonciation. Ce drame reste encore aujourd’hui dans les mémoires et un monument fut érigé en leur honneur sur les hauteurs du village de Thines.
La vallée de la Thines en Ardèche, mon petit havre de paix
Je fais découvrir Vendôme à ma famille avec mon Smartphone !
Je fais découvrir Vendôme à ma famille avec mon Smartphone !
Vendôme, j’y habite depuis plus de 10 ans mais j’ai redécouvert cette magnifique ville-fleurie depuis que j’y travaille.   Les beaux jours sont de retour, c’est l’occasion idéale de faire connaître à ma famille toulousaine celle que l’on appelle «la petite Venise».En quelques clics et c’est parti… Ceux en possession de Smartphone ou de tablette téléchargent gratuitement l’appli et pour les plus traditionnels un petit plan papier récupéré à l’Office de Tourisme du Pays de Vendôme. Passionnée par les nouvelles technologies, c’est tout naturellement que j’ai souhaité participer activement à la réalisation du nouveau site internet de l’Office de Tourisme du Pays de Vendôme et de son application mobile «Vendôme Tour».   Suivez le guide ! En route pour 1h30 de découverte en suivant le circuit clouté au cœur de Vendôme. Une sonnerie marque à chaque fois la halte à opérer. Près de la mairie, c’est la présentation rapide de l’historique du collège des Oratoriens. «Regardez, vous avez même des photos bonus !» Ces informations viennent compléter celles des panneaux qui jalonnent ​cette balade. Le long du Loir, halte devant la tour de l’Islette et la Pente des Petits Jardins   «C’est incroyable cette parfaite maîtrise de la mosaïculture et le thème change tous les ans, c’est ça ?» s’exclame mon oncle, paysagiste et amoureux de la nature.On repart par le cloître de la Trinité, la rue du change, son ancien moulin à grains et retour à l’Office de Tourisme par le parc Ronsard.   Et vous savez ? Grâce à cette appli, il vous sera également facile de trouver un bon restaurant, un hébergement chaleureux, ainsi que les différents sites touristiques de la Vallée du Loir à visiter et même où sortir le soir à Vendôme grâce à l’agenda des manifestations.
Je fais découvrir Vendôme à ma famille avec mon Smartphone !
Suivez moi au LAAC et au FRAC de Dunkerque où l’art contemporain a la côte !
Suivez moi au LAAC et au FRAC de Dunkerque où l’art contemporain a la côte !
L’art contemporain a trouvé toute sa place dans le Nord-Pas de Calais au FRAC de Dunkerque et au LAAC. Amateurs avertis ou promeneurs en quête de découvertes, je vous propose une petite balade dans le jardin des sculptures dans un premier temps, histoire de vous mettre dans l’ambiance…quelques œuvres des grands noms de l’Art Moderne semblent comme « posées » dans la verdure… Le LAAC conserve une riche collection d’art des années 50 à 1980. Mon œuvre phare : « Appel Circus » de Karel Appel !! sculptures colorées et pétillantes à souhait elle plaira aux plus jeunes !! Il conserve également une collection de 1500 œuvres d’art, peintures, sculptures, dessins, estampes, photographies,... présentées alternativement en fonction de la programmation.    Tout nouveau et conçu par les architectes Vassal et Lacaton, le FRAC pour Fonds Régional D’Art Contemporain est le jumeau de verre de l’ancien bâtiment des chantiers de France. Il se déploie sur 6 niveaux. Les collections publiques d'art contemporain y sont exposées.  Ma première visite s’est achevée au belvédère…un sentiment d’évasion et une vue sur le port de Dunkerque, la ville et ses 40km de sable fin de la plus grande plage transfrontalière d’Europe !! Une plage époustouflante de la Côte d'Opale !! Je vous recommande sans hésiter la visite du FRAC de Dunkerque. 
Suivez moi au LAAC et au FRAC de Dunkerque où l’art contemporain a la côte !
Ma recette du thon rouge de Méditerranée pêché à Sète
Ma recette du thon rouge de Méditerranée pêché à Sète
Directrice de l'Office de Tourisme de Sète, je suis passionnée par mon métier de communicante et donc par le partage d’expérience. Et comme je raffole de la cuisine de terroir de la ville de Sète, mon port d’attache, je vous livre ici mon coup de cœur de circonstance : à l'heure où la sortie des thoniers anime le port de Sète (fin mai), cuisiner le thon rouge pêché localement est incontournable pour vivre à l’heure sétoise. Vous allez découvrir ma façon préférée de déguster ce savoureux poisson de Méditerranée que je partage avec vous en toute simplicité et modestie.    La première étape est d’aller faire un petit tour aux halles de Sète histoire de compiler les produits frais et glaner quelques conseils du poissonnier. Pourquoi devez-vous faire vos courses aux halles ? Parce que c’est LE lieu où règne une ambiance particulière, où l'on rencontre les Sétois, où on entend parler avec l'accent qui sent bon le Sud de la France et son vocabulaire si particulier ! Généralement je vais aux halles après une balade depuis la marina des Quilles en passant par la corniche. Mais ce n’est pas l’objet ici, pour plus d’information sur les balades, n’hésitez pas à demander conseil à l’Office de Tourisme de Sète.    Parce que je suis une femme active, pressée mais épicurienne, la recette que je vous propose est rapide, temps de préparation 15 minutes top chrono pour une cuisson de 6 minutes : le thon rouge mi-cuit aux graines de sésame. Gourmets, gourmands, à vos fourchettes !   La bonne cuisine se partage, c’est pourquoi je vous propose une recette adaptée pour une tablée de 4 personnes.    Voici votre liste de courses : - 800 grammes de thon rouge : je vous conseille de faire couper par un poissonnier des halles une tranche épaisse et je vous recommande le thon femelle, aux saveurs encore plus douces ; - Sel ;  - poivre ; - wasabi ;  - sauces nuoc mam et soja ; - lamelles de gingembre frais ; Et ensuite il y a pas mal de cuillères à soupe à prévoir : - Une de sauce soja ; - Une d’huile de sésames grillés ; - Une de  jus de citron vert ; - Une de chapelure ; - Une de graines de sésame grillées ;  - Et une demie de gingembre en poudre.   Avant de commencer la recette préparez votre chronomètre, je vous ai promis 15 minutes de préparation. Le secret de cette recette de thon rouge c’est la marinade. Moi je la prépare dans un plat creux (genre moule à cake) avec de la sauce soja, de l’huile de sésame grillée, du jus de citron vert, une cuillère à soupe pour chaque ingrédient. J’ajoute une demi-cuillère à soupe de gingembre en poudre et je mélange. La marinade est prête.  Petite astuce : je la prépare dans un plat creux, pour avoir assez d’espace afin d'y faire tremper ensuite le thon rouge, et moins de vaisselle au final !   La garniture est prête, nous pouvons passer à la préparation du poisson. J’enlève la peau du thon rouge, c’est tout un art, et je le découpe en pavé, un peu comme un filet mignon.     Nous avons fait le plus dur, maintenant, il faut laisser mariner quelques minutes chaque face du thon dans la marinade.  Dans ma poêle, je verse l’équivalent d’une cuillère à soupe d’huile de sésame, je fais chauffer et je saisis chaque face pendant environ 3 minutes. Je mets ma cuillère à soupe de chapelure et celle de graines de sésame dans une assiette et je mélange puis je roule délicatement le thon ainsi saisi dans cette assiette : d’abord la chapelure,  et de sésame et surtout pas l’inverse.  Pensez à bien enrober votre thon pour plus de goût.    Il ne me reste plus qu’à faire de fines tranches avec le thon mi-cuit et à assaisonner avec de la fleur  de sel de Camargue (je n’oublie pas mes origines arlésiennes !) et du poivre du moulin.  Ma touche personnelle est de le servir accompagné de wasabi, d'algues, de sauces soja et nuoc-mam, de délicieuses lamelles de gingembre frais et d’un bol de riz thaï ; comme sur la photo.    Vous avez toutes les cartes en main pour déguster et aiguiser vos papilles avec cette préparation du thon rouge de Méditerranée pêché à Sète.  Bon appétit !    
Ma recette du thon rouge de Méditerranée pêché à Sète
Votre conseiller localOFFICE DE TOURISME DE SÈTE
Le Beffroi de Dunkerque : mon point de vue unique sur le trio ville, port et plage
Le Beffroi de Dunkerque : mon point de vue unique sur le trio ville, port et plage
L’ascension du beffroi de Saint Eloi de Dunkerque, classé au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO, est une façon insolite d’avoir une autre vision de la ville. Tout paraît si proche de la haut… Un premier escalier en bois vous amène à la plateforme pour voir le carillon et ses 50 cloches. Il sonne automatiquement tous les quarts d’heure pour entonner notamment « la Cantate à Jean Bart », à l’heure pile. Allez-vous le reconnaître ?    Cette vue imprenable se mérite : après un ascenseur jusqu’au 5ème étage, il faudra encore gravir une soixantaine de marches. Des tables d’orientation vous permettent de vous situer face au panorama.  Le petit + du samedi après-midi (16h) : le carillonneur vous montre son savoir-faire lors d’un petit concert. Entrez dans sa cabine et découvrez un instrument typique de la région Nord Pas de Calais !!    Je vous conseille également de découvrir cet édifice autrement : des animations ponctuent l’été pour valoriser la terrasse panoramique : un pique-nique conté, une ascension en compagnie d’un corsaire pour les enfants, des découvertes gourmandes de spécialités locales… Allier le plaisir et la découverte, à 58m de haut, grâce au Beffroi, on ne voit ça qu’à Dunkerque !!  
à partir de
4 €
/pers*
Le Beffroi de Dunkerque : mon point de vue unique sur le trio ville, port et plage
Mon escapade en vélo électrique à St-Nazaire-en Royans dans la Drôme
Mon escapade en vélo électrique à St-Nazaire-en Royans dans la Drôme
Pour découvrir le territoire du Royans-Vercors, de nombreux moyens sont possibles. La marche, qui reste traditionnelle et qui permet de profiter au maximum des paysages. La voiture, qui nous donnera l'occasion de pouvoir visiter le plus de lieux possibles en un minimum de temps. Le VTT, pour les plus courageux qui veulent dépasser leurs limites sur les routes vertigineuses de Combe Laval ou des Petits Goulets. Le camping-car, avec lequel nous pouvons emmener notre maison pendant nos voyages. La moto, qui également nous fera profiter pleinement des routes remarquables. Et pour ma part, j'ai décidé de le faire en V.A.E. (Vélos à Assistance Electrique). Une agréable première expérience au guidon d'un vélo qui m'a permis de découvrir, sans grandes difficultés, les reliefs du Royans-Vercors et certains sites phares du territoire. J'ai opté pour une balade au départ de St-Jean-en-Royans longeant plusieurs villages du territoire dont St-Laurent-en-Royans et son « arboretum » ; lieu idéal pour une pause pique-nique.  Un panel de paysages contrastés tout au long de cette balade pour une arrivée en beauté au superbe monastère orthodoxe St-Antoine-Le-Grand. Une belle après-midi de découvertes Royannaise, sportive et éducative ! Comme illustré sur la photo, je suis devant le Bateau à roue de Saint-Nazaire-en-Royans. A partir de ce site touristique où se trouve également la grotte de Thaïs et l'Aqueduc, vous pouvez monter jusqu'au village de Rochechinard et jeter un coup d'oeil aux ruines du château. Un vrai plaisir d'admirer et de profiter de paysages, de routes remarquables et de lieux de mémoires tout en laissant le vélo faire le plus dur, alors que vous, vous aurez juste à prendre des souvenirs mémorables de votre voyage. Alors ça vous tente ?! Pour en savoir plus sur les Vélos à Assistance Electrique, rendez-vous à l'Office de Tourisme de Saint-Jean-en-Royans où nous vous proposons la location de 4 V.A.E. pendant tout l'été. Pour plus de précisions sur les sites touristiques de notre territoire n'hésitez pas à consulter notre Brochure OT Pays du Royans 2016   Ou demandez nous directement à l'accueil lors de votre passage chez nous ! A bientôt dans le Royans Vercors.
Mon escapade en vélo électrique à St-Nazaire-en Royans dans la Drôme
Votre conseiller localOFFICE DE TOURISME VERCORS DRÔME
Mes flâneries à Saint-Etienne, ville Unesco de design
Mes flâneries à Saint-Etienne, ville Unesco de design
Chargée de promotion à Saint-Etienne Tourisme & Congrès et stéphanoise d’adoption, je suis aussi l’une des rédactrices sur www.monweekendasaint-etienne.com, un site web de bons plans pour occuper ses week-ends quand on est habitant ou visiteur de passage sur Saint-Etienne et ses alentours. Du coup, j’ai toujours une idée de sortie originale quand mes amis et ma famille viennent me rendre visite. Alors pour vous, j’ai concocté un petit programme de visites. N'ayez crainte, pas besoin d'être un grand marcheur pour la balade urbaine qui va suivre, on y va à pas de promeneur en flânant dans le cœur ancien et les ruelles commerçantes de la Capitale du design. On démarre notre visite au Parvis de la Gare de Saint-Etienne Châteaucreux, une véritable galerie d'art à ciel ouvert ! Faites comme moi et laissez-vous surprendre par l'esthétique de l'arbre multi-couleurs de Philippe Million. Si vous prenez le temps de bien l’observer, vous verrez peut-être des oiseaux voler et se poser dans sa ramure ! A quelques mètres, Une étonnante forêt de « bornes urbaines en fonte » nous interpelle, ce sont les fameux tabourets Tempo de François Bauchet. En suivant la ligne de tramway, on découvre aussi les chevaux bleus d'Assan Smati, prêts à galoper, qui soulignent le nouveau siège du groupe Casino. En remontant vers le centre-ville, on ouvre grand les yeux lorsque l’on passe devant l'Ilôt Grüner signé Manuelle Gautrand, un surprenant bâtiment jaune constitué d'un seul volume tantôt posé au sol tantôt dans les airs. Monumentalité, élégance et légèreté sont les symboles de ce "Luminis". Pour une pause gourmande, on se pose à la terrasse d’un café, rue des Martyrs de Vingrè ou on achète des Nougastelles, spécialités du chocolatier Weiss. En matière de bonne chère, Saint-Etienne ne rend pas son tablier et propose de bonnes adresses où l’on goûtera notamment la célèbre râpée. Pour poursuivre notre balade insolite, nous irons flâner du côté du Crêt de Roc, le quartier arty de Saint-Etienne, à proximité de la belle place Jean Jaurès. On profite de faire quelques emplettes dans les boutiques de créateurs et les commerces design et en haut des escaliers, on admire la vue superbe et dégagée sur la ville. Une petite visite culturelle pour terminer ce séjour stéphanois ? Férus de design, visitez la Cité du design, lieu emblématique du design à Saint-Etienne. Les amateurs d’art se rendront au Musée d’art moderne et contemporain et les fans d’architecture,  au site Le Corbusier à Firminy, le plus grand d’Europe et dont la Maison de la Culture a été récemment inscrite au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO. Pour une plongée aux racines de l’industrie stéphanoise je vous conseille le Musée d’Art et Industrie ou encore le Puits-Couriot / Parc-Musée de la Mine. Sortez vos plus beaux maillots pour vous rendre au Musée des Verts, le premier musée français dédié à un club de foot. Au plaisir de vous croiser lors de cette balade urbaine ou dans l’un de nos nombreux sites touristiques.
Mes flâneries à Saint-Etienne, ville Unesco de design
Retour en haut