• Imprimer
  • Signaler une erreur
  • Favoris
  • Obtenir la version pdf de la page

Faites le plein d'idées vacances avec les Offices de Tourisme de France

Bienvenue sur le moteur d'inspiration de vos prochaines vacances.

Vous pourrez vous laissez tenter, en fonction d'un lieu ou d'une thématique, par:
- Des offres de séjour packagés
- Des activités sportives ou de loisirs
- Des destinations
- Des « Paroles d’Office », des conseils éclairés prodigués par les Offices de Tourisme

Bon voyage et bonnes vacances !
Vos filtres
Type de produit
Thématique
Lieu
Trier par:
5 photos des Pays de la Loire par Joseph d’@humeutouristique
5 photos des Pays de la Loire par Joseph d’@humeutouristique
Depuis août 2015, chaque semaine, un instagramer fait découvrir sa région aux abonnés de @jaimelafrance_ et devient ambassadeur #jaimelafrance. Du 10 au 16 août, c’est Joseph de @humeurtouristique qui vous emmène en Pays de la Loire en 5 photos.   Suivez @humeurtouristique sur Instagram pour ne rien rater de ses photos ! Le château de Brissac, le plus haut de France, un des nombreux Châteaux de la Loire :   Aujourd’hui, on lance notre grand programme des ambassadeurs #JaimelaFrance 😊 Chaque semaine, un instagramer nous fait découvrir sa région. Cette semaine Joseph de @humeurtouristique nous emmène en Pays de la Loire avec cette vue sur le plus haut château de France : le château de Brissac ! Suivez 👉 @humeurtouristique pour ne rien rater de ses photos. Une photo publiée par J'aime la France (@jaimelafrance_) le 10 Août 2015 à 2h58 PDT La côte sauvage à Piriac sur Mer :    Les ambassadeurs #JaimelaFrance, ça continue ! 😃 Cette semaine Joseph d'@humeurtouristique nous fait découvrir les Pays de la Loire. Aujourd'hui, il nous emmène voir la côte sauvage à Piriac-sur-Mer 🌊 Suivez 👉 @humeurtouristique pour ne rien rater de ses photos. Une photo publiée par J'aime la France (@jaimelafrance_) le 10 Août 2015 à 23h41 PDT Superbe photo aérienne de Guérande et ses marais salants :   Aujourd'hui 3ème photo d'@humeurtouristique qui nous fait découvrir les Pays de la Loire ! Direction Guérande et ses marais salants pour une superbe photo aérienne. Avec les #ambassadeursJaimelaFrance, chaque semaine un instagramer nous fait découvrir sa région. Suivez 👉 @humeurtouristique pour ne rien rater de ses photos. Une photo publiée par J'aime la France (@jaimelafrance_) le 11 Août 2015 à 23h12 PDT La Loire du Côté de Saint-Florent-le-Vieil :   4ème étape de notre semaine en Pays de la Loire, @humeurtouristique nous emmène admirer la Loire du coté de St-Florent-le-Vieil. Avec les #ambassadeursJaimelaFrance, chaque semaine un instagramer nous fait découvrir sa région. Suivez 👉 @humeurtouristique pour ne rien rater de ses photos. Une photo publiée par J'aime la France (@jaimelafrance_) le 12 Août 2015 à 23h21 PDT La superbe île de Noirmoutier en Vendée :    Pour terminer en beauté cette semaine en Pays de la Loire, Joseph d'@humeurtouristique photographie la superbe île de Noirmoutier en #Vendée. Avec les #ambassadeursJaimelaFrance, chaque semaine un instagramer nous fait découvrir sa région. Suivez 👉 @humeurtouristique pour ne rien rater de ses photos. Une photo publiée par J'aime la France (@jaimelafrance_) le 13 Août 2015 à 22h21 PDT Retrouvez toutes les photos des ambassadeurs #jaimelafrance en suivant le hashtag #ambassadeursjaimelafrance
5 photos des Pays de la Loire par Joseph d’@humeutouristique
Ma balade au bord de l'Iton à Evreux
Ma balade au bord de l'Iton à Evreux
Je m’appelle Hélène, et je suis Conseillère en séjour au sein de l’Office de Tourisme du Grand Evreux dans l’Eure (en Normandie, à 1h de Paris). Au départ de l’office, il est agréable de se promener au bord de la rivière Iton. Grâce aux aménagements des berges, on oublie presque que l’on est en plein centre d’Evreux, il n’est pas rare d’y croiser des canards ou des cygnes en train de barboter. #evreuxnormandie, suivez nos #cannes2016 pic.twitter.com/tqt6ZWUlY5 — OT Grand Evreux (@EvreuxNormandie) 11 mai 2016 Ce qui est chouette sur cette promenade, c’est que sur quelques mètres on redécouvre différentes périodes de l’histoire d’Evreux : les remparts gallo-romains, le beffroi du XVe, la Cité Episcopale ... Attention départ imminent pour un voyage !   L’Iton cache bien son jeu, car dès que le soleil pointe le bout de son nez, les berges de l’Iton deviennent un lieu de détente et de rencontre : déjeuners improvisés entre collègues ou entre amis, pauses au soleil, balades en famille… Il est fort probable qu’un jour vous m’y croisiez lors de ma pause déjeuner entre midi et quatorze heures ! Ce cours d’eau sait également être un lieu d’exposition à ciel ouvert : céramiques, images d’archives, tableaux impressionnistes se retrouvent exposés le long des berges!   Je vous attends à l’Office de Tourisme afin de partager ensemble votre ressenti sur cette promenade hors du temps le long de l’Iton.  
Ma balade au bord de l
Mon dimanche idéal à Cosne Cours sur Loire commence toujours par une balade au marché
Mon dimanche idéal à Cosne Cours sur Loire commence toujours par une balade au marché
Si des amis viennent passer le week-end à la maison à Cosne Cours sur Loire, c’est une obligation : tout le monde se lève pour aller au marché. En effet, le dimanche matin, c’est sacré : tous les cosnois se retrouvent au marché. Pour débuter la matinée en douceur, nous commençons toujours par aller siroter un café dans un des bistrots du centre-ville. Le nombre de café : c’est ce qui étonne toujours mes amis quand ils viennent me voir. A Cosne Cours sur Loire, le long du boulevard de la République, on en retrouve plus de sept dans un rayon de moins de 200 mètres et autant de terrasses ! Ce sont des emplacements idéaux pour refaire le monde avec les figures locales et les touristes qui arpentent la Loire à Vélo. Directrice de l’Office de Tourisme Loire et Nohain, je ne peux pas m’empêcher de conseiller les visiteurs perdus. Je les invite toujours à aller pousser la porte de l’Office de tourisme (qui est bien sur ouvert le dimanche matin) ! C’est « la place to be» pour trouver son activité du dimanche après-midi.   Après la pause-café, c’est parti pour la recherche des trésors locaux. On trouve de tout sur le marché mais surtout des produits qui sentent bon notre terroir. Car à Cosne Cours sur Loire, nous sommes en Bourgogne mais le Berry n’est qu’à un jet de pierre de l’autre côté de la Loire. C’est donc deux fois plus de chance de manger des bonnes choses… Le panier de pique-nique est vite rempli. Au menu, le crottin de chavignol est toujours en tête. Chez moi, on le mange en tartine avec du miel et ça tombe bien deux apiculteurs ont leur étal sur le marché. Pour l’apéro, une bouteille de vin blanc accompagnera parfaitement notre célèbre fromage de chèvre. Et pour ceux qui hésitent entre Pouilly, Sancerre ou Coteaux du Giennois, les vignerons se font un plaisir de faire déguster leur meilleure cuvée. Pour la suite, il y a encore l’embarras du choix : poulet fermier ou spécialités du monde. Et en dessert, ce seront des fruits du Val de Loire avec selon la saison des pommes du gâtinais ou des fraises de Sologne. Je craque souvent devant les merlettes de Cosne. Ce sont des succulents petits chocolats au Cointreau et à l’écorce d’orange que j’offre à mes invités à la fin des repas.   Quand midi sonne, on part à pied direction les bords de Loire. Au printemps, nous préférons les prairies alluviales où nous attendent des tables de pique-nique et des jeux pour les plus petits. Par contre, l’été c’est plage de sable pour tout le monde ! Je suis devenue une professionnelle des châteaux de sable !   Pour moi, c’est ça le bonheur : des amis, des bonnes choses à manger et la Loire en toile de fond. Bien sûr, si votre dimanche à vous est plus sportif, vous pourrez passer, après votre balade au marché de Cosne Cours sur Loire, l’après-midi à faire du canoé sur la Loire. Je vous ferais coucou de la rive !
Mon dimanche idéal à Cosne Cours sur Loire commence toujours par une balade au marché
Mon week-end culture et nature à Rueil-Malmaison !
Mon week-end culture et nature à Rueil-Malmaison !
Parisiens, franciliens ou visiteurs venus d’ailleurs, vous souhaitez faire de belles découvertes au sein d’une ville alliant un patrimoine historique riche ainsi que de vastes espaces de promenades où se détendre ? N’attendez pas ! Je vous invite à faire une halte, le temps d’un week-end, à Rueil-Malmaison, ville impériale.  C’est selon moi, la durée idéale pour profiter pleinement de cette ville verte et impériale. Pourquoi ne pas consacrer le samedi à la visite de ses sites culturels et dédier un dimanche ensoleillé aux loisirs nature et sportifs que l’on peut y pratiquer ?   Résidant en Ile-de-France depuis mon enfance, j’ai souhaité venir travailler à Rueil-Malmaison car son histoire est tout simplement passionnante. En effet, savez-vous que Napoléon Bonaparte et sa femme l’Impératrice Joséphine y ont vécu au sein du château de Malmaison ? C’est un lieu calme, situé en plein cœur d’un vaste parc arboré où il fait bon se promener.  Je vous conseille d’y aller au printemps, la nouvelle roseraie inaugurée en 2014 y est alors magnifique ! La visite du château me donne toujours l’impression de remonter le temps, aux premiers jours du XIXème siècle : meubles Empire, tableaux remarquables tel que « Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard », pièces intimes comme la chambre de Joséphine ou plus fastueuses telle que la salle à manger d’apparat…  Arrêtez-vous au château de la Petite Malmaison, quant à lui résidence privée qui propose régulièrement des concerts précédés d’une visite guidée des salons. Cette demeure constituait auparavant les anciennes serres chaudes de Joséphine, qui avait comme on le sait, une réelle passion pour la botanique.  Rueil possède également un musée d’histoire locale situé en plein centre-ville ouvert tous les après-midi sauf le dimanche, qui retrace notamment le passé impérial de la ville. Visiteurs en famille de passage à Rueil, ne manquez pas l’immense collection de soldats de plomb de la Grande Armée au premier étage du musée, ils étonneront et raviront vos enfants et vous-mêmes !  Enfin, faites un détour par l’église Saint-Pierre Saint-Paul qui abrite le tombeau de l’Impératrice ainsi que celui de sa fille la reine Hortense. Il arrive qu’exceptionnellement, une visite de la crypte soit organisée par la Société Historique de Rueil-Malmaison, renseignez-vous auprès de notre Office de Tourisme de Rueil-Malmaison, nous nous ferons un plaisir de vous communiquer toutes les informations !   Les promeneurs du dimanche trouveront également leur bonheur à Rueil-Malmaison. J’apprécie particulièrement pour ma part de longer les bords de Seine en partant du joli parc des Impressionnistes au nord de la ville. Puis j’aime continuer ma promenade par un passage au parc de l’Amitié et m’y reposer dans son jardin zen. Je vous recommande également d’emprunter les allées du parc de Bois-Préau, vaste jardin à l’anglaise où il est agréable de pique-niquer dès les beaux jours arrivés. Le vallon des Gallicourts d’où vous pourrez admirer la vue sur la ville et la Seine en contrebas mérite également un détour. Enfin, si vous êtes bon marcheur, les nombreux sentiers de la forêt domaniale de Malmaison, également appelée Bois de Saint Cucufa, vous permettront de découvrir un espace de 200 hectares, anciennement reliée au château de Malmaison et acquise par Joséphine en 1800.   Voilà un beau programme pour votre week-end entre patrimoine culturel et attraits naturels !
Mon week-end culture et nature à Rueil-Malmaison !
Mes fêtes de la Madeleine à Mont de Marsan
Mes fêtes de la Madeleine à Mont de Marsan
Assistante de communication à l'Office de Tourisme de Mont de Marsan, il y a une période pendant laquelle je suis plus fatiguée que d'habitude au travail. Ma consommation de café double voir triple en juillet pendant les fêtes de la Madeleine. Pas évident de concilier fêtes et travail, à moins que mon travail ne soit de montrer à quel point c'est sympa de faire la fête chez nous. Et faire la fête dans le Sud-Ouest on connaît ! Et voilà ce que je ne raterai pour rien au monde pendant les fêtes : - La remise des clés de la ville par la maire Geneviève Darrieusecq ! Cela symbolise le top départ des fêtes, c'est parti pour 5 jours et 5 nuits de fêtes ! Le rendez-vous est fixé à la place de la mairie, je file avec mon foulard bleu, je retrouve mes amies et au son des bandas, on lève nos foulards, on forme une marée humaine débordante de vitalité (oui le premier jour on est excitées et pas encore fatiguées)! - La cavalcade, j'essaie tant bien que mal de me frayer un chemin parmis la foule pour me trouver une place stratégique, et là ça commence ! Les chars fleuris se succèdent mais ne se ressemblent pas.. Un énorme crocodile, des personnages disney, les « irréductibles montois », le café musette, des danseuses et des bandas, un véritable spectacle à voir en famille ou entre amis, on s'émerveille, on s'amuse, et on en ressort avec des confétis plein les cheveux ! - La halte dans une bodéga, alors là vous avez le choix ! Si vous voulez vous poser au calme je vous conseille d'aller au campo de féria (devant les arènes), tables et chaises vous y attendent, c'est l'endroit idéal pour déguster des tapas avec une bonne sangria ! Pour bien manger allez faire un tour sur la place des bons vivants ou au village gourmand ! Si vous préférez prendre un bain de foule c'est dans la rue de la soif que je vous donne rendez-vous (attention vous risquez de tâcher votre tee-shirt) on chante, on danse, on est nombreux, on se bouscule et paf le verre ! - Le paquito, (c'est mon passage préféré) on s'assied tous par terre, les un derrière les autres, on se balance d'avant en arrière et on s'élance (le saut de l'ange en beaucoup moins classe) pour se faire porter par la foule ! Un moment de pure convivialité made in sud ouest ! - Le feu d’Artifice, il a lieu le dernier jour et c'est vraiment une bonne idée. Le premier jour je débordais d'énergie, le jour 5.. après 5 jours et 4 nuits dans les pattes, j'ai des grosses valises sous mes yeux qui semblent minuscules. On se rejoint entre amis pour aller voir le feu, et quand ça commence, mes yeux s'ouvrent en grand et je m'émerveille comme une enfant devant la beauté du spectacle.   Le pire moment c'est le lendemain des fête.. chaque année c’est pareil, on s'éclate avec Madeleine pendant 5 jours et 5 nuits, et le 6ème jour elle se fait la malle ! En attendant qu'elle revienne l'année prochaine, j’en retiens la bonne humeur, le partage, l’émotion, les rires, les retrouvailles entre amis et les belles grosses valises que j’ai sous les yeux !   Si vous aussi ça vous tente de passer une semaine avec Madeleine, il vous faut à minima un programme des fêtes (à récupérer à l'Office de Tourisme) et un foulard BLEU à porter sur un tee-shirt blanc (attention le blanc du jour 1 n'a pas la même couleur que le blanc du jour 5).  
Mes fêtes de la Madeleine à Mont de Marsan
Ma recette du thon rouge de Méditerranée pêché à Sète
Ma recette du thon rouge de Méditerranée pêché à Sète
Directrice de l'Office de Tourisme de Sète, je suis passionnée par mon métier de communicante et donc par le partage d’expérience. Et comme je raffole de la cuisine de terroir de la ville de Sète, mon port d’attache, je vous livre ici mon coup de cœur de circonstance : à l'heure où la sortie des thoniers anime le port de Sète (fin mai), cuisiner le thon rouge pêché localement est incontournable pour vivre à l’heure sétoise. Vous allez découvrir ma façon préférée de déguster ce savoureux poisson de Méditerranée que je partage avec vous en toute simplicité et modestie.    La première étape est d’aller faire un petit tour aux halles de Sète histoire de compiler les produits frais et glaner quelques conseils du poissonnier. Pourquoi devez-vous faire vos courses aux halles ? Parce que c’est LE lieu où règne une ambiance particulière, où l'on rencontre les Sétois, où on entend parler avec l'accent qui sent bon le Sud de la France et son vocabulaire si particulier ! Généralement je vais aux halles après une balade depuis la marina des Quilles en passant par la corniche. Mais ce n’est pas l’objet ici, pour plus d’information sur les balades, n’hésitez pas à demander conseil à l’Office de Tourisme de Sète.    Parce que je suis une femme active, pressée mais épicurienne, la recette que je vous propose est rapide, temps de préparation 15 minutes top chrono pour une cuisson de 6 minutes : le thon rouge mi-cuit aux graines de sésame. Gourmets, gourmands, à vos fourchettes !   La bonne cuisine se partage, c’est pourquoi je vous propose une recette adaptée pour une tablée de 4 personnes.    Voici votre liste de courses : - 800 grammes de thon rouge : je vous conseille de faire couper par un poissonnier des halles une tranche épaisse et je vous recommande le thon femelle, aux saveurs encore plus douces ; - Sel ;  - poivre ; - wasabi ;  - sauces nuoc mam et soja ; - lamelles de gingembre frais ; Et ensuite il y a pas mal de cuillères à soupe à prévoir : - Une de sauce soja ; - Une d’huile de sésames grillés ; - Une de  jus de citron vert ; - Une de chapelure ; - Une de graines de sésame grillées ;  - Et une demie de gingembre en poudre.   Avant de commencer la recette préparez votre chronomètre, je vous ai promis 15 minutes de préparation. Le secret de cette recette de thon rouge c’est la marinade. Moi je la prépare dans un plat creux (genre moule à cake) avec de la sauce soja, de l’huile de sésame grillée, du jus de citron vert, une cuillère à soupe pour chaque ingrédient. J’ajoute une demi-cuillère à soupe de gingembre en poudre et je mélange. La marinade est prête.  Petite astuce : je la prépare dans un plat creux, pour avoir assez d’espace afin d'y faire tremper ensuite le thon rouge, et moins de vaisselle au final !   La garniture est prête, nous pouvons passer à la préparation du poisson. J’enlève la peau du thon rouge, c’est tout un art, et je le découpe en pavé, un peu comme un filet mignon.     Nous avons fait le plus dur, maintenant, il faut laisser mariner quelques minutes chaque face du thon dans la marinade.  Dans ma poêle, je verse l’équivalent d’une cuillère à soupe d’huile de sésame, je fais chauffer et je saisis chaque face pendant environ 3 minutes. Je mets ma cuillère à soupe de chapelure et celle de graines de sésame dans une assiette et je mélange puis je roule délicatement le thon ainsi saisi dans cette assiette : d’abord la chapelure,  et de sésame et surtout pas l’inverse.  Pensez à bien enrober votre thon pour plus de goût.    Il ne me reste plus qu’à faire de fines tranches avec le thon mi-cuit et à assaisonner avec de la fleur  de sel de Camargue (je n’oublie pas mes origines arlésiennes !) et du poivre du moulin.  Ma touche personnelle est de le servir accompagné de wasabi, d'algues, de sauces soja et nuoc-mam, de délicieuses lamelles de gingembre frais et d’un bol de riz thaï ; comme sur la photo.    Vous avez toutes les cartes en main pour déguster et aiguiser vos papilles avec cette préparation du thon rouge de Méditerranée pêché à Sète.  Bon appétit !    
Ma recette du thon rouge de Méditerranée pêché à Sète
Votre conseiller localOFFICE DE TOURISME DE SÈTE
Ma vie au musée d'Evreux en Normandie
Ma vie au musée d'Evreux en Normandie
A Evreux, le Musée fait partie de mes promenades préférées. Ce qui me plaît c’est avant tout le lieu : un  palais construit au début du 16ème siècle en style gothique flamboyant pour les évêques d’Evreux. J’aime ce moment où  je passe sous les voûtes du passage qui reliait le Palais épiscopal à la cathédrale, avant même d’en avoir franchi les portes, je suis déjà ailleurs. Dans la seconde salle du rez-de-chaussée, on est irrésistiblement attiré par la chasse de Saint-Taurin, Chef d’œuvre de l’orfèvrerie médiévale du 13ème siècle. Cette « maquette » dorée qui fait quand même 0,80 m de long, a un tel pouvoir d’attraction, qu’on en oublierait les peintures exposées dans la même pièce. Pourtant, elles figurent parmi les plus belles toiles de l’artiste Ebroïcien Charles Denet. Considérer cet artiste comme une simple gloire locale, ou un peintre académique serait pour moi une injustice. Lui, qui a eu comme compagnon à l’Ecole des Beaux-Arts Toulouse-Lautrec, n’a jamais voulu quitter Evreux pour répondre aux sirènes du Paris artistique de l’époque. Charles Denet est un peintre réaliste. Lui, c’est au monde du travail de la terre qu’il a préféré se consacrer, prenant le contrepied de ses collègues impressionnistes qui eux, mettaient en scène la bourgeoisie et le temps des loisirs. C’est le premier étage que je préfère. J’aime emprunter l’escalier de la tour. A chaque fois, je m’imagine croisant tous ces personnages de l’Histoire qui ont gravi ces marches avant moi : l’évêque Raoul du Fou, qui fit construire l’édifice, François Ier et Henri IV, qui y logèrent lors de leur visite à Evreux. J’ai toujours l’impression d’entrer dans les appartements d’un collectionneur d’Art, avec son mobilier des 17 et 18ème siècles. J’ai d’ailleurs du mal à résister à l’envie de m’asseoir dans l’un des fauteuils des salons pour y admirer les collections de peintures, de céramiques. Difficile de quitter cette atmosphère cosy. L’étage suivant réserve toujours des surprises avec les expositions temporaires et la collection d’artistes contemporains reconnus comme Pierre Soulages. J’aime flâner dans le couloir côté Sud, qui n’est autre que l’ancien chemin de ronde. Je m’amuse à regarder par les meurtrières pour surveiller les alentours comme le faisaient les gardes du Palais, une autre façon de renouer avec l’Histoire. Mais il me faut déjà redescendre, avant de partir, je ne manque jamais de jeter un œil à la boutique du musée d'Evreux, qui propose de superbe ouvrages sur les collections et sur la vie au Moyen-Age
Ma vie au musée d
Ma balade du dimanche dans les Gorges de l'Ain
Ma balade du dimanche dans les Gorges de l'Ain
Déjà toute petite, je passais mes dimanches après-midi au bord de la rivière d’Ain avec ma famille, mes cousins, mes oncles et tantes, mes grands-parents… Une journée de détente, d’amusements mais aussi de découvertes. Je vous propose de partir à la découverte de cette rivière, et de ses gorges. Si vous êtes sportifs, enfourchez votre vélo et suivez-moi ! L’itinéraire n’est pas très difficile et la route est peu fréquentée. Rendez-vous à Poncin, porte naturelle des Gorges de l’Ain : après avoir arpenté les ruelles de cette ancienne cité médiévale et acheté de quoi grignoter pour le pique-nique, longeons cette rivière en empruntant la rive gauche, qui pour moi, est la plus belle. Cette balade, c’est un peu comme un grand livre ouvert qui vous raconte l’histoire d’une rencontre entre l’homme et la rivière, une histoire qui a commencé dès la préhistoire, une histoire sans fin… Après avoir traversé nos hameaux avec leurs maisons typiques vigneronnes, leur four banal, nous arrivons à un premier barrage, le barrage d’Allement. Une fois le barrage passé, vous découvrez un plan d’eau navigable et une étendue de terre appelée île Chambod, nom du hameau qui a disparu lors de la mise en eau du barrage. Un formidable terrain de jeux en période estivale. Quelques kilomètres plus loin, après avoir passé le panneau indiquant Merpuis, je m’arrête et je sors mon appareil photo : un magnifique panorama sur la rivière, les montagnes et l’île s’offre devant mon objectif ! Poursuivons notre route jusqu’au Pont de Serrières-sur-Ain et sa magnifique arche centrale dans laquelle une colonie de chauve-souris a élu domicile ! Autrefois sous pont, il y avait une pierre où était gravé « malheur à qui me voit » : cela signifiait, dès que cette pierre apparaissait, qu’il allait y avoir une grande sécheresse dans la région. Après avoir passé ce pont, la route va devenir un peu plus étroite. La rivière va avoir du mal à se frayer un passage entre les Roches du Jarbonnet et le Mont Balvay. Ouvrez grands vos yeux, vous êtes au cœur des gorges de l’Ain. La nature reprend tous ses droits : falaises calcaires se reflétant dans les eaux vertes de la rivière, cygnes et canards nichant dans les roselières, oiseaux survolant les berges, fleurs et arbustes décorant de part et d’autre les rives…. Ecoutez ce silence du bout du monde, admirez cet écrin de nature préservée et respirez… vous êtes dans la Vallée de l’Ain ! Plus loin, notre regard est hypnotisé par un gigantesque viaduc en pierre sur deux étages : le viaduc de Cize – Bolozon. Mais non, vous ne rêvez pas… c’est bien un TGV qui vient de passer ! Point stratégique durant la 2nde Guerre Mondiale entre les Maquisards et les Allemands, descendez au pied du viaduc : un panneau vous en dira plus sur son histoire. Traversez par la voie routière du premier étage pour basculer rive droite : admirez la perspective des arches et faites comme-moi, ouvrez votre fenêtre et testez l’écho ! Si vous avez le temps, vous pouvez poursuivre sur quelques kilomètre la rive gauche, remonter jusqu’à Thoirette où vous emprunterez un nouveau pont pour revenir par la rive droite à Poncin. Au retour, je m’arrête obligatoirement à Chambod et j’emprunte la petite passerelle pour me dégourdir les jambes sur l’île Chambod. Ile de 20 hectare où la nature a gardé et garde tous ses droits, c’est pour moi un véritable lieu de détente et de ressourcement. Et tout est pensé pour passer un agréable moment : chemin, tables de pique-nique, barbecues en pierre, jeux pour enfant… l’été, la baignade y est même surveillée ! Si vous avez du pain sec, ne l’oubliez pas : vous ferez des heureux ! Et voilà, la balade se termine. Avant de partir sur cette route, je vous conseille de venir me voir à l’Office de Tourisme à Poncin : je vous remettrai le parcours détaillé et vous dévoilerai mon endroit préféré. Mon conseil pour un arrêt pique-nique : au bord de la rivière à Merpuis, ou à l’ombre des grands arbres sur l’île Chambod.
Ma balade du dimanche dans les Gorges de l
Ma balade sur la ligne du Cyclorail du Sancerrois
Ma balade sur la ligne du Cyclorail du Sancerrois
Des amis sont venus me rendre visite à Cosne-Cours-sur-Loire. Nous voulions faire quelque chose qui change de l’ordinaire et de préférence une activité de plein air pour profiter du soleil ! Je leur ai proposé le cyclorail du Sancerrois : - Le cyclorail quoi ?? - Le cyclorail voyons, ce vélo atypique où il faut pédaler à plusieurs sur les rails de chemins de fer, des rails désaffectés évidemment ! Je ne pouvais pas leur en vouloir de ne pas connaître cette activité, c’est vrai qu’elle n’est pas courante. Et pourtant entre amis ou en famille, c’est une sortie idéale !   Ni une, ni deux, nous voilà partis à la conquête du Pont du PO, l’ancien pont de la ligne de chemin de fer Paris-Orléans, sur lequel débute le parcours du cyclorail de Cosne-Cours-sur-Loire. Et quel début ! Une vue magnifique sur la Loire et la colline de Sancerre !! Avant de commencer, on nous explique tout de même comment fonctionne l’engin. Nous sommes trois : deux qui pédalent et un qui se la coule douce sur une espèce de transat… ce qui n’est pas désagréable du tout ! Mais bien sûr nous alternons ! Une famille avec deux enfants s’élance en même temps que nous. Au départ on se suit, mais rapidement, intrépides et farouches pédaleurs que nous sommes, nous les distançons. A chacun son rythme sur la ligne !   Notre avance prise nous ralentissons pour profiter du paysage et admirons au passage les anciennes maisons des gardiens des passages à niveaux, typiques et charmantes. Cette balade est vraiment dépaysante, nous passons au milieu des jardins, puis des champs. Une partie du trajet est ombragée, nous ne souffrons même pas de la chaleur caniculaire de ce mois de juillet !   Arrivés au bout, nous retournons notre cyclorail comme on nous l’a expliqué et le laissons un peu en dehors des rails pour ne pas qu’il reparte sans nous ! En effet, nous sommes légèrement en pente et nous ne voulons pas rentrer à pied ! Une table de pique-nique nous attend, nous y prenons un goûter bien mérité ! La famille que nous avions distancée nous rejoint, plus malins ils pensent tout simplement à placer un petit caillou devant leur roue pour empêcher leur cyclorail d’avancer ! Bonne idée ! Nous la retenons pour la prochaine fois ! Après cette petite pause, nous repartons. Le retour est davantage en descente et nous prenons notre temps pour rentrer à la gare du cyclorail. Nous y arrivons à 16h, pile à l’heure pour ne pas gêner le prochain départ ! En effet, plus d’une trentaine de personnes attendent pour s’élancer à leur tour à la conquête des rails !!   Ravis de notre balade nous remontons en voiture. Cinq minutes plus tard, nous voilà installés à la terrasse d’un café dans le centre-ville de Cosne-Cours-sur-Loire. Ce fut un après-midi original et très agréable sur le Cyclorail du Sancerrois ! A refaire sans hésiter avec mes prochains visiteurs !!
Ma balade sur la ligne du Cyclorail du Sancerrois
Ma visite « rétro » au Musée de la Machine Agricole et de la Ruralité en Bourgogne
Ma visite « rétro » au Musée de la Machine Agricole et de la Ruralité en Bourgogne
Je choisis de vous parler de ce musée car c’est dans le village de Saint Loup des Bois en Bourgogne qu’il est situé, si en lisant ce nom vous avez souri, moi, c’est là que j’ai grandi. Quand vous arriverez sur le parking de cailloux blancs du Musée de la Machine Agricole et de la Ruralité, une haie de grands peupliers s’élèvera devant vous, vous n’aurez qu’à vous avancer pour découvrir un espace de 3600m² où de grands bâtiments en bois sont installés.   Pour moi, la visite du musée, c’est en famille que je la préfère ! Cela permet de comparer les différentes émotions face à la nostalgie. Au fil des bâtiments on nous invite à déambuler, ils sont au nombre de trois et chacun de nous vit la visite à sa manière. Notre voyage dans le temps débute par le premier édifice où nous partons à la découverte des origines du machinisme agricole. Moi, du haut de mes 22 ans, je n’en mène pas large face à toutes ces machines qui me sont si inconnues. Cependant, je vois mon grand-père à la fois ému et ravi de me raconter ses souvenirs d’antan. Je me noie dans le détail d’explications qu’il me fournit mais peu importe, il a l’air heureux ! Au gré des machines nous continuons notre échappée, un autre groupe de visiteurs est dans la salle vidéo et le « tchou tchou » de la Robert Bell, machine à vapeur, retentit et nous interrompt un bref instant.  Nous continuons notre chemin et filons en direction du deuxième bâtiment où est censée nous attendre une drôle de dame prénommée Henryette ! Nous entrons et en effet la découvrons, majestueuse et imposante, cette machine à vapeur de 240cv nous coupe le sifflet !   Notre épopée se poursuit et nous passons au troisième espace. Dans celui-ci vous vous envolerez vers le passé en découvrant l’incroyable collection de moissonneuses batteuses dont est doté le musée. Certaines sont dans leur état brut, d’autres ont eu le droit à un coup de fraicheur mais elles sont toutes là, figées et nous transportent vers une époque qui, aujourd’hui, semble bien différente de notre réalité. Cette fois, ce sont mes petits cousins qui sont aux aguets.  Ils ne sont pas plus hauts que les roues des tracteurs qui nous entourent mais sont épris de curiosité, tantôt bleu, tantôt vert, il y en a de toutes les couleurs, c’est un bonheur de voir leurs yeux s’émerveiller. C’est le moment pour eux de prendre la pose sur le plus beau des tracteurs, le choix se porte sur un Mc Cormick, rouge ! La posture bien droite et le regard fière,  « clic clac » le flash s’illumine et c’est dans la boîte, ça, ce sera un super souvenir à montrer aux copains à la rentrée ! Pour terminer votre immersion, vous pourrez prendre un peu l’air et vous balader dans le verger conservatoire présent sur le site du musée.  Là, vous verrez plus de 32 espèces anciennes d’arbres fruitiers (pommiers, pruniers, cerisiers, …) et on vous invitera à réfléchir à les préserver !! Alors si vous avez envie d’un retour aux sources ou êtes en quête d’authenticité, nul doute, il est un endroit que vous apprécierez, le Musée de la Machine Agricole et de la Ruralité. Plus qu’une simple visite, c’est une envolée, un retour sur les traces de nos aînés et de notre patrimoine agricole passé.
Ma visite « rétro » au Musée de la Machine Agricole et de la Ruralité en Bourgogne
Retour en haut